COVID-19 Voie professionnelle

 Examens dans la voie pro session 2021 : des aménagements tardifs et irresponsables

 

Depuis novembre, le ministère refusait de prendre l’impact de la situation sanitaire sur les examens et d’étudier des aménagements de programme. Il évoque (enfin ! ) quelques mesures. Il reconnait donc que la scolarité des élèves a été perturbée.

Pour les élèves en baccalauréat professionnel, le calendrier initial des épreuves est maintenu.

Attention : Les aménagements annoncés ne seront définitifs qu’après la CSL (18 mai) et le CSE (27 mai). Le MEN doit publier une FAQ sur les examens prochainement. De plus, la circulaire adoptée en décembre dernier prévoit la possibilité de modifications jusqu’à 15 jours avant la tenue des épreuves !

Période de Formation en Milieu Professionnel :

Seuil minimum de 5 semaines pour les CAP et de 10 semaines pour les Bac pro.
Bac pro en 1 an et 2 ans : 5 semaines. CAP en 1 an : 3 semaines
BMA : 6 à 8 semaines.
MC : 6 à 9 semaines

Possibilités pour atteindre les seuils minimums : PFMP en télétravail, effectuées dans des secteurs connexes, mise en situation pro dans les établissements, prise en compte pour le Bac pro des PFMP en CAP pour les élèves passerelles
+ Procédure de dérogation habituelle.

Pour la CGT : aucun·e élève impliqué·e dans sa formation ne doit être empêché·e de valider son diplôme par les durées minimales de PFMP non atteintes

Les épreuves ponctuelles :

Épreuves écrites « d’enseignement général » (d’après le ministre) :

  • CAP (candidat·es libres et établissements non habilités au CCF) : Français, PSE, Maths, Sciences, LV, Arts appliqués.
  • Bac pro : Français (sujet double), Histoire-Géographie-EMC, PSE, Éco-droit, Éco-gestion, Arts appliqués (qui sont en CCF « unique » la plupart du temps)

Seules les deux meilleures notes obtenues sur l’ensemble des épreuves ponctuelles écrites d’enseignement général seront retenues, en CAP comme en bac pro, et les autres seront neutralisées. Selon les diplômes, 3 à 5 épreuves auront été préparées par les élèves pendant deux/ trois ans et passées lors de l’examen... pour rien ! Les collègues auront préparé leurs élèves, puis corrigé leurs copies d’examen... pour rien ! Cette disposition pose sérieusement la question des coefficients, pour calculer les moyennes obtenues à l’examen.

Epreuves professionnelles écrites des filières tertiaires et des sections de la production ne sont pas évoquées. Pour le moment, ces épreuves, longues, à fort coefficient ne bénéficient d’aucun aménagement.

Les Contrôles en Cours de Formation :

Le calendrier des CCF étant intenable, la CGT a revendiqué un allègement de la pression certificative.

Le ministère propose :

  • Si au moins l’un d’entre eux a pu être organisé, les derniers CCF de l’année scolaire sont neutralisés.
  • Maintien des CCF n’ayant qu’une seule échéance (comme les langues vivantes, arts appliqués en bac pro)

Oral de chef d’œuvre en CAP :

• Le Ministère s’entête, il veut maintenir cette épreuve orale que nous combattons depuis des mois. Le jury est composé de deux enseignants : un du professionnel et un du général. Un des deux collègues a accompagné l’élève dans son projet. Coefficient 1 imputé à la discipline professionnelle qui a le plus grand coefficient du diplôme préparé.

RAPPEL Pétition pour la neutralisation Oral de chef d’œuvre

Oral de contrôle :

Des changements de dernières minutes sont possibles (une réunion est organisée par le ministère le 1er juin sur le sujet !). Le ministère envisage une modification de l’oral de contrôle, dont on ne connaît pas encore le contenu.
Assez de surcharge et d’incertitudes : la CGT refusera toute modification de dernière minute.

Diplôme intermédiaire :

Pour les élèves de 1er, il est remplacé par une attestation de réussite intermédiaire dès cette session de juin 2021.